Exposition
NO CTRL+Z

Bto Acosta

press to zoom

press to zoom
1/1

Bto Acosta est un artiste peintre et illustrateur vénézuélien vivant en France depuis 7 ans, avec une grande expérience dans le milieu de l’animation, du cinéma et de la télévision.
 

Son exposition de dessins et de peintures au Théâtre de l’Uchronie est le résultat d’un processus de création de longue haleine où Bto a petit à petit laissé de côté l’outil numérique pour revenir à ses premières amours : le crayon, la toile, la peinture, le papier, la gomme… avec l’envie de revenir au risque de devoir tout recommencer et de quitter le tout puissant Ctrl+Z.
 

L’exposition est basée sur les images issues de rêves, ceux de l’artistes et aussi d’autres personnes qui lui ont raconté les leurs.

Vernissage le lundi 4 juillet à 18h30
Entrée gratuite

Exposition ouverte
jusqu'au 31 juillet

Par une dissociation étrange, due certainement à une révolte de jeunesse contre les courants dominants ou bien seulement par pure ignorance, j’ai tout d’abord nié l’existence du numérique en Art. J’ai rejeté tout forme de pixel, de système binaire dans mon travail. Et puis un jour, Photoshop m’a jeté un sort et depuis maintenant presque 25 ans j’ai totalement adopté l’univers numérique dans ma façon de travailler. Les crayons, les aquarelles, les gommes, les

peintures à l’huile, les toiles, le papier ont été remplacés par la modélisation 3D, l’animation et la retouche numérique, les mégabits, les gigabytes, etc.

J’ai finalement abandonné face à l’incroyable et tout puissant Ctrl+Z. La crainte du processus de création était encadrée dans une zone de confort où les erreurs pouvaient être facilement réparées.

Puis pour un projet très spécifique, on m’a demandé très poliment mais sans marge de négociation possible, de travailler avec un crayon et sous aucun prétexte d’utiliser un ordinateur, et bien sûr le tout puissant Photoshop.
J’étais condamné à mort, point.

Mais l’esprit reprend son chemin et ses capacités à retrouver ce que l’on croyait perdu pour toujours. Mon tout puissant Ctrl+Z a été petit à petit remplacé par la gomme, et de nombreuses fois par le fait de tout recommencer, encore et encore. Mon cerveau avait besoin d’être reconfiguré, rebranché.
Trois ans ont passé depuis le début de ce projet particulier et avec lui, la confiance est revenue. Cette confiance avait besoin de quelque chose d’effrayant, sans aucune assurance, avec l’écrasante sensation de devoir repartir de zéro et c’est cette peur qui m’a permis, comme un moteur, de me lancer et de tenter de créer avec mes mains quelque chose qui peut être détruit et aussi reconstruit.

J’ai quitté Ctrl+Z, et je suis maintenant sûr de vouloir poursuivre mon travail dans cette philosophie.

Bto Acosta