Le Vampire de la rue Morgue
(partie 1 et 2)

Par le Théâtre Ishtar

 

 

Mercredi  4 janvier -  20h30
Jeudi 5 janvier -  20h30

Vendredi 6 janvier -  20h30
Samedi 7 janvier -  20h30

 

Durée : 1h30
A partir de 10 ans

Plein tarif : 14 euros
Tarif réduit : 9 euros
(étudiants et demandeurs d'emploi)
Uniquement sur présentation d'un justificatif

Un texte d’Adeline Arénas

Mise en scène Maïté Cussey

Avec Ariane Charalambos, Maïté Cussey, Ulysse Mineo, Lucas Jason Perrot, Gaëlle Mignot

Composition musicale Louis Nas

Création lumière et son Robert Benz

Costumes Marie Mad'Hands

 

Remerciements Université Lumière Lyon 2, MJC de Bron

Dans les rues de Londres, des jeunes filles sont retrouvées assassinées. Lorsqu’une troisième est découverte rue Morgue avec deux marques sur le cou, le détective John Hillingworth soupçonne un vampire d’être à l’œuvre. Il décide de mener l’enquête, mais ne sera pas seul ! Isabella Poe, un écrivain spécialiste du surnaturel et Roseleen, un fantôme de jeune fille qui a réponse à tout, acceptent de l’aider. Au cours de leurs aventures, ils rencontreront Carmilla, l’aristocrate qui règne sur les vampires de la ville, un poète un peu trop amoureux des ténèbres et peut-être… le diable lui-même. Mais qui est l’auteur du meurtre de la rue Morgue ? Arriveront-ils à l’attraper ?
Le temps leur est compté…

 

 

Le Théâtre Ishtar est une compagnie de théâtre créée à Lyon en 2014. L’équipe est composée de comédiens, de chanteurs, de musiciens, ainsi que de techniciens du spectacle. Elle est répartie entre un pôle professionnel qui se consacre pleinement aux métiers du spectacle vivant et un pôle amateur qui permet de développer des formes plus expérimentales, entre théâtre et concert.
La ligne directrice de la compagnie est le mariage du théâtre avec la musique, et plus particulièrement la musique jouée en live.

Le Théâtre Ishtar défend des valeurs fortes, avec en première ligne l’égalité entre les sexes et les genres et l’accès au théâtre et à la culture classique pour tous. Nous souhaitons en effet que les publics qui ne vont d’ordinaire pas au théâtre se réapproprient les oeuvres qui nous ont marqué. Pour ce faire, nous accordons une grande importance à l’esthétique (costumes, maquillages, coiffures) et au travail de la forme (scénographie, partis pris de mise en scène, etc.).

© 2013  KOLLECTIF MAC GUFFIN.

  • connexion membre
  • facebook
  • YouTube